Interview avec Romain Pisa : Une Source d'Inspiration à l'Ère Numérique

Interview avec Romain Pisa : Une Source d'Inspiration à l'Ère Numérique

Nous avons le plaisir de vous présenter un entretien exclusif avec Romain Pisa, artiste graphique indépendant dont le travail est de plus en plus reconnu dans l'industrie. Originaire de Perpignan, il a fait sa place en mêlant les techniques traditionnelles du dessin et de la peinture avec les outils numériques, résultant en des œuvres qui ont une signature visuelle unique, tout en étant profondément enracinées dans la culture contemporaine.

Son portfolio varié comprend tout, de la conception d'affiches de films à la création de pochettes d'albums pour des artistes. Chacune de ses œuvres raconte une histoire, capturant l'essence de son sujet tout en offrant une interprétation visuelle qui est distinctement la sienne. Les couleurs vives, les motifs audacieux et l'attention minutieuse aux détails sont les signatures de son style, qui est à la fois moderne et nostalgique.

Dans l'interview qui suit, Romain Pisa nous partage non seulement les détails de son processus de création, mais aussi les défis de travailler en freelance. Il parle de ses sources d'inspiration, qui vont du cinéma à la musique, et de la façon dont il collabore avec ses clients pour transformer leurs idées en réalité visuelle. Il offre également des réflexions sur le futur de son art et des conseils pour les jeunes artistes qui souhaitent suivre une voie similaire. Prenez place et appréciez ce voyage dans l'univers d'un artiste contemporain passionné et dédié à son métier.


Comment as-tu découvert ta passion pour le graphisme et la création visuelle ?

Je pense avoir découvert ma passion pour le graphisme et la création visuelle vers la 6ème/5ème, au collège. Je faisais déjà du dessin et du graffiti avant mais c'est vers cet âge-là que j’ai réellement commencé à me tourner vers la création digitale (en craquant Photoshop notamment). À l’époque, c'était surtout pour l'univers YouTube et Internet en général, pour des potes et autres créateurs de contenus. Ça tournait pas mal autour des communautés et des milieux jeux vidéo forcément. Je n'étais pas vraiment un grand joueur mais j'adorais participer à tout ça d'une autre manière. Visuelle et créative du coup, plus spécifique, plus dans l'ombre. C'est certainement le point de départ de ma passion pour tout ça, la toute première étape.

Quelles sont tes principales sources d'inspiration pour tes projets de design graphique ?

L’art dans tout ce qu'il peut englober. Toutes les sortes d'arts, sur tous les types de médiums. Le visuel et même le sonore. Les émotions et les sentiments que ça peut transmettre. Je m'inspire juste de ce qui me satisfait visuellement et au fond de moi. Et pour cela, peut-être que le cinéma dans son entièreté reste ma plus grande source d'inspiration. Que ce soient des films, des visions de réalisateurs, des atmosphères, des ambiances, des affiches etc. Tout dans ce domaine-là m'inspire. C'est sans doute l'art le plus complet car il englobe tous les autres pour fournir une œuvre globale qui maximise les chances de toucher quelqu'un, lui faire ressentir quelque chose tout en lui offrant une vision personnelle donnée par son auteur. Ce que j'essaye donc de faire modestement à mon petit niveau haha.

Quel a été ton projet préféré jusqu'à présent, et pourquoi ?

C'est très difficile de répondre à ça, en fait je crois que je n'en ai pas vraiment. Je pense que ce dont je suis le plus content c'est mon projet de création et de "carrière" au global. Le parcours, le fait de pouvoir faire ce que j’aime et de proposer quelque chose qui me plaît et qui peut, pareillement, plaire aux autres. C'est très important pour moi. Le projet de vie et de "profession passion" qui englobe au final tous les autres petits projets, qu'ils soient personnels ou professionnels.

Comment vois-tu l'évolution de ton travail et de ta carrière dans les prochaines années ? As-tu des objectifs spécifiques que tu souhaites atteindre ?

Je n’ai pas vraiment de vision sur tout ça, j'aime juste me laisser porter par mes envies sur le moment sans trop tirer de plans sur la comète. Quand je prends un peu de recul, je me dis que c’est déjà fou de pouvoir vivre de ma passion depuis mes 20 ans, en freelance, avec autant de liberté. Sinon, j’ai l’impression de toujours être dans une quête d’accomplissement personnel artistiquement et stylistiquement, me trouver pleinement sur ces points-là. C’est un parcours sans fin. J’ai ce besoin de toujours pousser plus loin et d’apprendre. Trouver le beau et la chose intéressante qui sort du lot tout en proposant quelque chose qui me plaît à moi avant tout. Après, évidemment, j’ai beaucoup d'objectifs qui feraient rêver l'enfant que j'étais. Peut-être que celui qui me ferait le plus kiffer serait de réaliser une affiche officielle pour un grand film. Réaliser le titrage/logo typographique d’un film aussi, cela pourrait être fou. Une sorte d’aboutissement pour moi. Relier ma passion pour le cinéma avec mon travail et mes créations. Ce sont sans doute mes deux plus grands objectifs !

Quels sont les outils et les logiciels que tu utilises le plus souvent pour tes projets ?

Le logiciel que j’utilise le plus reste Photoshop. Pour la création visuelle pure et dure, le travail de texture et le mélange de techniques au global. J’utilise aussi souvent Procreate pour la typographie (sur iPad) ainsi qu’Illustrator pour compléter un peu le tout. Sinon, hormis les logiciels et le digital, je travaille aussi beaucoup sur papier, à la main, de manière plus traditionnelle.

Ce que j'aime c'est vraiment pouvoir mêler les différents médiums et techniques. Le digital et le traditionnel. Je pense qu'il y a une certaine chaleur et une certaine humanité qui se dégage du travail manuel et traditionnel. Ça donne une âme aux créations. Donc c'est quelque chose que j'aime introduire dans mes travaux, même s'ils finissent toujours par passer par la case digitale à un moment donné. En gros, mes outils de travail principaux restent mes mains et photoshop en premier lieu.

Tu as mentionné que le cinéma est ta plus grande source d'inspiration. Peux-tu nous donner des exemples spécifiques de films ou de réalisateurs qui ont influencé ton travail ?

Tout style de film peut m’inspirer. Il faut juste que j’y sente une émotion, une vision, une patte, une proposition tout simplement. Pour cela, je pense que les réalisateurs m’ayant le plus inspiré demeurent Wes Anderson, David Fincher, John Carpenter ou encore Guillermo del Toro. C’est dur d’en nommer et de ne pas être exhaustif car il y en a beaucoup, mais ceux là me sont venus directement en tête, ce n’est sûrement pas pour rien haha. C’est en tout cas ceux qui m’ont éveillé à certaines choses en premier. Niveau « genre » j’aime beaucoup de choses, mais je dois avouer être plus réceptif aux films noirs, aux thrillers mais aussi et surtout au fantastique dans tout ce qu’il peut englober, l’horreur, la science fiction etc…

Tu as exprimé le désir de réaliser une affiche officielle pour un grand film. Si tu pouvais choisir n'importe quel film, passé ou à venir, pour lequel aimerais-tu créer une affiche ?

Super question, je n’y avais jamais songé avant. Je pense que ce serait "The Thing" de Carpenter. J’en ai déjà fait une affiche alternative car l’envie était trop présente. C’est peut-être LE film qui m’aurait fait le plus kiffer pour créer une affiche autour. Dans tout ce qu’il représente, ce côté vision totale, ce côté fait main, sans compromis et représentatif de tout un univers que j’adore.

Quels sont les défis que tu rencontres lors de la combinaison de techniques traditionnelles et numériques dans ton travail ?

Honnêtement, il n’y a pas vraiment de « défis » dans ce cadre-là, ce sont plus des questionnements pour comprendre quels seraient les moyens les plus adéquats pour lier les deux techniques. Quel est le moyen idéal pour refléter ce que j’ai en tête ? Quels feutres, quels pinceaux, quels papiers, quelles couleurs, quelles textures, etc…

Tu as beaucoup travaillé avec l'artiste Realo, comment s'est faite la connexion ?

La connexion s’est faite super facilement, et surtout naturellement. C’est le genre de connexions qui se font sans intérêts derrière, par kiffe et par appréciation de travail et de personne avant tout. Il était tombé sur mes créations en début 2021 je crois et m’avait envoyé un message directement par la suite pour me dire qu’il aimait beaucoup mon univers. Assez rapidement on a parlé de plein de choses et on a capté qu’on était dans les mêmes délires ainsi que dans les mêmes ambitions artistiques et de travail. On a alors assez vite voulu travailler ensemble, forcément. Le premier taf était la cover de son EP : « EX3 » (réalisé avec Yev. et Lucas Masini). Par la suite on a continué sur pas mal de choses, toujours avec le même plaisir de bosser ensemble sur tout ça. C’est le botch mode.

Peux-tu nous expliquer ton processus de création pour la réalisation d'une cover ?

Le processus est très simple et méthodique. Quand ce sont des commandes, pour tout type de travaux, pas forcément de la cover, je demande d’abord des références stylistiques ainsi que tous les détails d’idées et d’envies que les gens peuvent avoir pour la création de leur rendu final. La représentation, le style graphique etc… Des pistes, des volontés. À partir du moment où j’ai le plus de détails possible, je me mets sur la création de la commande, mais la phase de recherches et de mise en place d’un cadre créatif est très importante pour moi, il faut poser les bonnes bases pour bien se guider. Après, cela peut varier selon les clients et certaines personnes préfèrent me laisser le maximum de liberté pour me suivre à 100% dans mes choix. Pour la création pure, je fonctionne beaucoup en ping pong créatif. C’est-à-dire que j’envoie des versions et des avancées et nous faisons les retours ensemble pour qu'on puisse déboucher à un résultat qui satisfasse la demande et les envies. Une sorte d’avancée main dans la main par étapes avec le client. Encore une fois, cela peut beaucoup varier comme fonctionnement mais je dirais que c’est une majorité des commandes qui se déroulent comme ça.

Quelle est la chose la plus surprenante que tu as apprise en travaillant en tant que freelance ?

Je ne sais pas si c’est la chose la plus surprenante mais c’est peut-être quelque chose dont je ne m’attendais pas à subir autant : le fait de tout le temps être connecté à son métier, dans tous ses aspects. Pour mon cas en tout cas, c’est tout le temps dans ma tête, comme si tu ne déconnectais jamais. Ça pompe pratiquement toute mon énergie et ça affecte aussi beaucoup ma vie personnelle du coup, ça ne me quitte jamais. Je suis h24 en train de penser à ça haha. C’est sûrement parce que c’est ma passion mais il n’empêche qu’il faut que je travaille sur ce point là. Réussir à m’en détacher un peu plus car ce n’est pas sain. Ça va faire maintenant bientôt 3 ans que je suis en freelance donc forcément je ne connais pas encore tous les aspects de ce métier sur la vraie longueur j’imagine et l’expérience me fera sûrement changer d’avis plus tard, en tout cas c’est ce qu’il me vient comme réponse aujourd’hui.

Si tu pouvais collaborer avec n'importe qui, dans n'importe quel domaine, qui choisirais-tu et pourquoi ?

En vérité il y a pas mal de gens avec qui je m’éclaterai potentiellement mais je vais faire un choix bien plus simple en répondant : Mathieu Boudot (@mathieubdt). Parce que c’est un pote et que ça fait 4 ans qu’on veut collaborer mais qu’on n’a toujours pas trouvé le temps pour hahaha. Il est trop fort. On a démarré tout en bas tous les deux presque en même temps et je suis si content de le voir au niveau où il est en ce moment. C’est plus que mérité et le pire c’est que c’est si loin d’être fini. Il va aller si haut. Il fallait que j’en place une pour lui. Un frère d’arme.

Quelle est ta vision de l'avenir et de ton art ?

Très très dure comme question, j’avoue ne jamais me la poser parce que ça ne m’intéresse pas trop. J’ai juste envie de vivre mon métier / ma passion sans trop me projeter sur la réalité du métier, sachant qu’en plus je ne suis pas vraiment dans LA normalité de ce dernier au vu de mon style et de mon modèle (sur pas mal d’aspects). J’espère que ça tournera bien en tout cas.

Enfin, quels conseils donnerais-tu à un jeune artiste qui admire ton travail et aimerait suivre une voie similaire ?

C’est con à dire mais : juste prendre du plaisir dans ce qu’on fait, quand on crée. Pas le faire pour les autres ou par tendances graphiques. Juste, prendre du plaisir, au sens le plus pur. J’ai toujours cru que c’était hyper bateau comme phrase mais quand je l’ai vraiment comprise c’était mon vrai début. Quand on s’écoute et que l’on se fait plaisir dans ses créations, il en ressort une sincérité visuelle, un autre sens, le meilleur de soi. Les gens le ressentent je pense et c’est le meilleur moyen de ne jamais s’ennuyer en plus ! Et aussi, ne pas compter ses heures au début, il y a tout à prouver !

Sa vision authentique et personnelle de l'art et son dévouement à rester fidèle à son style unique est une source d'inspiration pour tous ceux qui aspirent à travailler dans le domaine créatif. À travers les défis et les surprises de sa vie de freelance, il continue d'explorer et de repousser les limites de son art, tout en restant profondément connecté à ses propres émotions et à son expérience personnelle. Le conseil qu'il offre aux jeunes artistes - de trouver le plaisir dans la création et de rester authentique dans leur expression artistique - est une leçon précieuse pour nous tous, quels que soient nos domaines de création. Nous sommes impatients de voir où son talent et sa passion le mèneront ensuite.

Retrouvez son travail ici :

Behance : https://www.behance.net/romainpisa
Instagram : https://www.instagram.com/romainpisa/?hl=fr
Twitter : https://twitter.com/romainpisa

 

Interview par Teo Comyn (@teocomyn)

En lire plus

"Cruauté" de Cleon Peterson : Un Miroir Sombre et Envoûtant de la Détresse Sociétale et de la Violence
Le film 'Oppenheimer' de Nolan : un investissement de 100 millions de dollars